« L’éducation, une aide à la vie » selon Maria Montessori, l’enfant est potentiellement bon, et il suffit de le respecter pour qu’il le reste.
Le respecter, c’est l’inviter à respecter les autres, et donc, le préparer à une vie sociale harmonieuse.

L’enfant est le premier acteur de son développement

L’éducateur tient compte des sensibilités de l’enfant, l’observe et lui présente le matériel spécifique que l’enfant est libre de reprendre autant de fois et de temps qu’il le souhaite.

Chaque activité est unique, et elles sont pour la plupart individuelles. L’enfant apprend, alors, à son propre rythme et sans compétition avec les autres.

Favoriser l’autonomie : « aide-moi à faire seul »

Le matériel adapté à la taille et à la force de l’enfant est un des critères fondamentaux pour son autonomie.

L’aménagement de la classe doit permettre à l’enfant de pouvoir s’orienter dans l’espace.

Les présentations du matériel, lente et précise, offre à l’enfant la possibilité de manipuler le matériel seul.

Les aides au développement

Ce sont l’ensemble du matériel proposé à l’enfant. Les apprentissages passent par la manipulation d’un matériel sensoriel, esthétique, qui capte l’attention des enfants et participe à son développement, notamment en l’aidant progressivement à passer d’activités simples à des activités plus complexes, ainsi que du concret à l’abstrait.

Respecter les périodes sensibles

L’éducateur doit observer l’enfant afin de pouvoir lui proposer le matériel correspondant à ses besoins, ainsi l’enfant acquiert naturellement, sans effort conscient, une nouvelle caractéristique telle que le langage oral, l’écriture …

Créer une ambiance sereine

L’environnement doit être favorable : le calme, l’ordre, le dialogue, le respect mutuel, la beauté sont des valeurs qui créent un espace d’apprentissage sécurisant, chaleureux et motivant.

L’auto-correction

Le matériel est auto-correctif ainsi l’enfant apprécie seul le résultat de son propre travail sans avoir besoin de la validation d’un adulte.

Maria MONTESSORI, née le 31 aout 1870 à Chiaravalle, près d’Ancôme en Italie et décède le 6 mai 1952 à Noordwijk aan Zee (Pays-Bas), Docteur en médecine et licenciée en psychologie et biologie. Elle a été une figure emblématique de la femme en devenir du début du 20ème siècle.
Elle débutera ses recherches auprès d’enfants malades mentaux de la clinique psychiatrique de Rome et mettra en lumière l’importance de la prise en charge de l’enfant et surtout de l’activité chez l’enfant. Lors du Congrès pédagogique de Turin, en 1898, elle déclara au cours d’un exposé rendant compte de son expérience : « Les enfants déficients ne sont pas des hors-la-loi, ils ont des droits. Ils ont droit à tous les bienfaits de l’instruction. Nous devons permettre à ces malheureux de se réintégrer dans la société, de conquérir leur place et leur indépendance dans un monde civilisé retrouvant ainsi leur dignité d’être humain. »
On lui confie la direction de l’école Orthophrénique de Rome et va découvrir d’une part, les recherches de Jean Itard, médecin français, inventeur de l’oto-rhino-laryngologie (travail auprès de sourds-muets) ainsi que ses écrits sur Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron, et d’une autre part les recherches d’Édouard Séguin, pédagogue français auprès d’enfants « idiots ».
Encore préoccupée d’instruction à cette époque, Maria MONTESSORI fera construire pour les enfants de l’école Orthophrénique, du matériel qu’ITARD et SEGUIN avaient élaboré pour les enfants déficients sensoriels. Il fera merveille puisqu’en peu de temps ces enfants seront capables de passer et de réussir brillamment les examens italiens sanctionnant la fin des études primaires.
En 1906, on lui confie le projet de San Lorenzo rebaptisé « Casa dei Bambini » qui consistait à prendre en charge des enfants de 3 à 6 ans, non scolarisés et livrés à eux-mêmes, dans un quartier très défavorisée de Rome. Véritable laboratoire pédagogique, ses observations lui permettront de poser les bases de la pédagogie MONTESSORI.
Sa première découverte fut celle du phénomène de l’attention chez l’enfant : « Le premier chemin que l’enfant doit trouver est celui de la concentration et la conséquence de la concentration est le développement du sens social. » écrivait Maria MONTESSORI dans son livre l’Esprit Absorbant de l’Enfant.
Sa seconde découverte sera celle des Périodes Sensibles chez l’enfant. Elles constituent des moments essentiels dans le processus d’humanisation de l’enfant.
Pour Maria Montessori, il faut réformer l’éducation, elle doit être comme une « aide à la vie » et l’école doit contribuer au développement du potentiel humain.
Il s’agit alors pour Maria MONTESSORI  de poser les bases d’une « nouvelle éducation ».
En 1937, elle propose la fondation du Parti social de l’Enfant, car elle est convaincue que l’éducation peut devenir un facteur de paix si nous avons le souci du développement psychique de l’enfant.

Le matériel créé par Maria Montessori est d’une grande précision. Il a pour objectif de permettre à l’enfant de se perfectionner et d’enrichir ses conquêtes à travers différentes activités sur le plan moteur, sensoriel et langagier.

Le matériel de Vie pratique

Pour l’enfant âgé de 3 à 6 ans, il est important de lui offrir la possibilité d’imiter les adultes de la communauté dans laquelle il vit. Cela participe à son adaptation à l’environnement, à son orientation dans l’environnement, à la construction de son estime de soi, et à le rendre de plus en plus indépendant.

L’aire de la Vie Pratique est un ensemble de matériel permettant à l’enfant de réaliser des activités de la vie quotidienne avec un matériel adapté à sa taille et à sa force, vrai et esthétique, et porteur d’un point intérêt sur lequel l’enfant va pouvoir fixer son attention et développer sa concentration.

L’enfant développe et raffine son mouvement.

 

Il y a différents groupes d’activités de Vie Pratique :

les exercices préliminaires

permettent à l’enfant d’appréhender les codes et les règles de l’organisation des enfants dans la classe.

Exemple : marcher dans l’ambiance, déplacer une chaise…

le soin du milieu intérieur

ces activités sont des représentations décontextualisées d’activités quotidiennes.

Exemple : transvaser avec une cuillère, laver du linge…

le soin du milieu extérieur

ce sont des activités de jardinage, de soin aux animaux…

le soin de la personne

l’enfant apprend à prendre soin de lui et de sa tenue, par l’intermédiaire d’activités décontextualisées.

Exemple : cadre à boutons pressions, se laver les mains, coudre un bouton…

les exercices de grâce et courtoisie

les règles établies dans l’ambiance sont présentées sous forme de petites mises en scène présentées par les éducateurs à un petit groupe d’enfants, qui sont ensuite invités à participer. Ce sont des propositions faites aux enfants pour répondre ou agir dans différentes situations.

Exemple : demander de l’aide à quelqu’un, protéger son travail…

les jeux collectifs de coordination motrice

ce sont des expériences de vie de groupe et de communication.

Exemple : Marcher sur la ligne…

Le matériel Sensoriel

Avec le matériel sensoriel, le mouvement raffiné de l’enfant va s’allier au travail du raffinement des perceptions pour contribuer au développement de l’intelligence, de la pensée complexe.

Le matériel sensoriel, qui est un ensemble d’objets concrétisant des abstractions, permet l’expérience sensorielle de différentes qualités.

Pour soutenir l’enfant sur le chemin de l’abstraction, chaque matériel varie en une qualité. Cette unique qualité qui varie, permet d’attirer l’enfant sur un seul élément et de lui faire prendre conscience de ce dont le matériel est la représentation concrète. Exemple : l’escalier marron. Les pavés sont tous marrons, seule l’épaisseur varie.

Afin de raffiner de plus en plus la perception et la discrimination d’une qualité, le matériel permet deux activités :

la mise en paire

l’enfant distingue des perceptions

Exemple : la première boîte de couleurs, l’enfant met en paire : 2 tablettes bleues, 2 tablettes rouges et 2 tablettes jaunes.

la gradation

l’enfant précise ses perceptions

Exemple : troisième boîte de couleurs, l’enfant range en dégradé du plus foncé au plus clair, les 7 tablettes d’une même couleur.

Tablette couleur Matériel Nienhuis Montessori Spririt petites graines d'espoir

L’enfant va pouvoir organiser et construire ses représentations mentales, grâce à la manipulation et à la leçon de langage. La leçon de langage permet à l’enfant de généraliser, et de pouvoir évaluer le monde.

Exemple : les barres rouges. L’enfant expérimente de façon sensorimotrice les concepts de long et court, puis l’éducateur donne le vocabulaire.

Des jeux avec le matériel vont soutenir l’enfant à mémoriser et à passer à l’abstraction.

Il existe du matériel pour chaque sens :

– la vue : exemple : les tablettes de couleurs

– le toucher : exemple : le sac à mystère

– l’ouïe : exemple : les boîtes à bruits

– le goût : exemple : les saveurs

– l’odorat : exemple : les bouteilles à odeurs

 

Comme le matériel de vie pratique, le matériel sensoriel est adapté à l’enfant, esthétique. Il contient le contrôle de l’erreur, qu’il soit mécanique, visuel,… Ce matériel est dit “scientifique”, il a été étalonné sur le phénomène de l’attention de l’enfant que Maria Montessori revendique comme sa découverte.

Contrairement au matériel de vie pratique, il est universel, il ne dépend pas de la culture de l’enfant. Il répond aux besoins développementaux des enfants du monde.

Une extension du matériel sensoriel est l’ensemble des activités de découverte de la Culture.

– l’art, exemple : le chevalet de peinture,

– la géographie, exemple : le planisphère,

– l’histoire, exemple : l’histoire de leur vie.

Le matériel de Langage

Le matériel de langage est du matériel sensoriel qui a pour but direct de permettre à l’enfant d’entrer dans le langage écrit et de le développer. L’apprentissage du langage écrit se fait par étapes.

Images classifiées Montessori Drome

Le premier groupe de matériel permet à l’enfant d’enrichir son vocabulaire et son expression de soi, grâce à des activités de langage oral. Exemple : la ferme, le jeu des questions, les images classifiées…

Lettre rugueuse montessori drome montélimar

Avec le second groupe, l’éducateur s’appuie sur le langage oral de l’enfant pour préparer à l’écriture et à la lecture. Le matériel de préparation à l’écriture, prépare les gestes nécessaires à l’écriture (exemple : formes à dessins, les lettres rugueuses) et le mécanisme mental (exemple : le jeu d’analyse des sons).

Avec le jeu d’analyse des sons, l’enfant est amené à distinguer les sons composants les mots.

Pour préparer à la lecture, le matériel apporte les complexités de langue de façon progressive. Dans un premier temps l’enfant est invité à déclencher la lecture en lisant des mots phonétiques (exemple : koala, coq). Petit à petit, on va introduire les homophonies (exemple : sot, seau, …).

Ensuite, l’enfant lecteur peut découvrir la grammaire grâce à différentes activités permettant d’introduire des notions comme la nature des mots, grâce à une expérience sensorielle.

Avec les activités de langage, l’enfant fait de plus en plus appelle à un contrôle mental.

Le matériel de Mathématiques

Les mathématiques étant une forme de langage, l’enfant y est sensible.

La progression en mathématiques va être de construire chez l’enfant sa compréhension et des connaissances nécessaires pour le passage à l’abstraction.

Il y a 5 groupes de matériel :

– numération de 1 à 10,

– introduction du système décimal,

– numération de 11 à l’infini,

– la mémorisation des opérations,

– passage à l’abstraction,

– les fractions.

 

Barres numérique nienhuis montessori spirit

Exemple : Les barres numériques sont le premier matériel de mathématiques présenté à l’enfant. Elles permettent d’introduire les notions d’unité, de nombres, ainsi que la numération de 1 à 10.

Crédit photos : Montessori Spirit, Petites Graines d’Espoir.